Comment voir 40% en moyenne de la programmation de 4 journées de festival sans le vouloir et en étant plein de bonne volonté pour voir 100% ? La réponse est ici. Tout a commencé en avril…

Chapitre 1. Le Printemps de Bourges

Cette année encore, la soirée du samedi du Printemps de Bourges s’annonçait bien, l’affiche était alléchante : Katerine, Deus, Hushpuppies, Arctic Monkeys et Dionysos, et la logistique du voyage semblait rodée. Pourtant, je n’ai pu voir que les 2 dernières chansons de Deus et le concert de Dionysos, soit environ 20% de la soirée. Pourquoi ? La faute :

-# à un pote qui décale le rendez-vous de 2 heures le matin même. -# à la voiture qui n’a plus de batterie et qu’on n’avait plus essayé de redémarrer depuis une semaine. -# à une mésentente équipe 1/équipe 2 qui nous empêche d’avoir une réservation pour le train de secours qui existe. -# à des gens incapables d’utiliser les bornes SNCF rapidement, et aux bornes SNCF elles-même qui tombent en panne au moment de payer son Austerlitz-Bourges. -# à une finale de Coupe de France PSG-Marseille, qui impose des mesures de sécurité renforcées à Austerlitz et des contrôleurs zélés qui nous empêchent de monter dans un TER sans billet. -# aux deux heures qui nous séparent du prochain train pour Bourges, au site SNCF qui fait disparaître le train pour lequel on souhaite réserver sans crier gare (d’Austerlitz, ha ha ha) -# aux 3/4 d’heure de retard du train au départ de Paris et encore une fois aux contrôleurs zélés d’Austerlitz, qui effectuent le contrôle du compostage des billets avant la montée dans le train et au compte-goutte, alors que le train est déjà en retard. -# à l’incendie qui a lieu sur le parcours Paris-Bourges, qui provoque des ralentissements sur toute la ligne. -# à l’arrêt à Vierzon, où des wagons sont rattachés et où il nous est demandé de changer de wagon.

Sinon, le concert de Dionysos était bien.

Chapitre 2. Les Eurockéennes

Vendredi.

La voiture a une batterie neuve. On part de Paris à 10 heures, pour un trajet que Mappy estime à 5 heures et on arrive pour les 2 dernières secondes du concert des Arctic Monkeys (encore eux !!!) à 21 heures. Que s’est-il passé entre temps ?

Difficile à dire, mais un bouchon de deux heures en sortie de Paris, difficilement prévisible vu l’horaire, des plaquettes de frein qui collent et qui nécessitent de rouler sans freiner pour le reste du voyage, un demi-tour involontaire sur 20 bornes, une pause McDo-tentative de réparation de voiture-courses au Carrefour à Dijon sont sûrement responsables.

Enfin les concerts de Dionysos (encore eux !!!) et des Strokes étaient très bien.

Samedi.

La journée commence par un diagnostic automobile déplaisant : la voiture ne pourra pas repartir à Paris sans réparation le lundi. Il faudra repasser au garage pour savoir s’ils ont les pièces pour réparer tout ça lundi ou quoi ou qu’est-ce.

Ensuite, le dilemme est posé. Y’a un quart de finale France-Brésil le soir même. Aucun écran géant n’est prévu sur le site de Belfort, et toute sortie du site est définitive. Bon tirons un trait sur la programmation d’avant minuit et allons profiter de ce qui sera un excellent match dans un parc de Belfort muni d’un écran géant, avec un petit Portugal-Angleterre en apéritif.

Retour sur le site du festival pour le concert de Katerine ! Excellent tes potes ! Mais on n’ira pas plus loin, on commence à être salement rotis.

Dimanche.

Enfin… Une journée 100% ! On a pu faire l’ouverture des portes, et je suis resté jusqu’à la fin ! Programme copieux avec : Duchesse says, My baby wants to eat your pussy (!), Islands, Art Brut, Aberfelby, We are wolves, Archive, Muse. Pas mal, pas mal… mais un peu tard…

Lundi.

Comme on aurait pu s’en douter, le garage n’a pas les pièces. Il va falloir abandonner la 205 sur place le temps de la réparation et rentrer à Paris en train. C’est pas grave, l’assurance rapatriera la voiture plus tard. Que nenni me répond-elle ! Il faut que j’aille la chercher moi-même.

Epilogue.

Nous somme le 8 juillet 2006. J’écris ce petit mot de Vesoul. Je suis dans le train qui me conduit à Belfort pour récupérer ma voiture. Il est 10h29. L’arrivée est prévue à 11h24 mais on a déjà 10 minutes de retard il paraît. Le garage ferme à midi. Le timing est short. Si j’arrive après midi au garage, le bon côté sera qu’il y a un Leclerc juste en face du garage avec un très bon rayon quincaillerie où on vend des cordes de très bonne qualité.

ps : vivement les Charrues et la Route du Rock.