Chez Dead Rooster, depuis l’année dernière, la sélection du Fair a été rebaptisée en Sélection Pascal Praud. Voici donc une présentation succincte des candidats retenus pour la Sélection Pascal Praud 2012.

Géographie

Comme en 2011, il n’y a pas de groupe Fair de Lens. Alors là-haut, je sais qu’on a du mal à digérer la situation actuelle du RC Lens mais on couche tout son spleen sur papier et on monte un groupe pour raconter tout ça s’il vous plaît !

La musique jugée à l’emporte pièce

Comme l’année dernière, un tri sur le volet pour détecter de sur quoi il faut se concentrer…

  • Art District

    Ça ressemble à du rap avec des passages dub… J’adore.

  • Concrete Knives

    Ça ressemble à de l’indé rock mixte et foutoir.

  • Le Femme

    Ça ressemble à du punk en français (ça ne manque pas d’audace). Ça a l’air de ne pas manquer d’humour mais c’est un peu oppressant aussi.

  • GiedRé

    Ça ressemble à la nouvelle Anaïs, au site web qui se veut rigolo mais insulte toutes les bonnes pratiques du web et ne permet d’écouter que des extraits de 10 secondes.

  • HollySiz

    Ça ressemble à de la pop avec une fille qui chante à la Florence & The Machine.

  • John Grape

    Ça ressemble à de la folk mélancolique qui s’énerve de temps en temps

  • Kidwithnoeyes

    Ça ressemble à de la folk mélancolique qui ne s’énerve pas

  • Laurent Lamarca

    Ça ressemble à Grégoire

  • Lisa Portelli

    Ça ressemble à une fille qui aurait aimé faire actrice qui fait de la chanson à la place

  • Manceau

    Ça ressemble à de la pop élégante ou joyeuse

  • Emel Mathlouthi

    Ça ressemble à de la musique orientale contemporaine

  • Oh! Tiger Mountain

    Ça ressemble à de la musique indé bizarre

  • Peau

    Ça ressemble à cf. Lisa Portelli, en plus électronique

  • Sarah W_ Papsun

    Ça ressemble à Bloc Party (même la voix ressemble à celle de Kele Okereke)

  • The Shoes

    Ça ressemble à du TV On The Collective

Les meilleurs à nos oreilles sont donc Concrete Knives, Manceau et La Femme (même si pour eux, c’est dur de trouver des trucs à écouter en ligne et qu’il faudrait approfondir).

Conclusion

C’est désormais une tradition, la parole est à Pascal Praud :